Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous écrire...

Petite histoire de la pair-aidance et lien avec le concept de rétablissement

Le soutien par les pairs : l'entraide mutuelle

Lorsqu'une différence par rapport à la norme sociale s'affirme, notamment lorsque l'on souffre de troubles psychiques, le sentiment d'incompréhension et la solitude peuvent s'installer rapidement. Pourtant, on a besoin d'échanger peut-être parfois plus qu'avant même, sur ces difficultés et les chamboulements que cela impliquent dans la vie quotidienne. Partager son ressenti et ne plus être seul face à ses troubles, voilà ce qu'apporte le soutien par des pairs, ces semblables qui cheminent eux aussi vaille que vaille avec les troubles. Certains sont plus avancés sur le rétablissement et l'acceptation de la maladie... d'autres ont des traumatismes liés à leur prise en charge médicale ou par rapport à des crises dont ils n'acceptent pas les conséquences. Tous ont envie d'avancer, de se soutenir, de recevoir ou d'apporter de l'aide par l'échange pour mieux se comprendre et rompre avec la solitude. Parler avec ses pairs peut en soit être un "soin" qui apporte du mieux-être à chacun. C'est dans cette optique que se sont développés sur Grenoble les associations K2 et Entrelien, pour réunir des personnes bipolaires et développer l'entraide mutuelle afin de faire face ensemble à la maladie bipolaire et ses conséquences.

L'histoire de la pair-aidance commence en France à la fin du 18ème siècle : l'aliéniste Philippe Pinel , à l'asile de Bicêtre décide de se faire seconder par un ancien interné de l'hôpital, Jean-Baptiste Pussin, devenu "gouverneur des fous". Il remarque que la façon de procéder de Pussin avec les aliénés était très efficace : Pussin était très humain avec les malades, et lorsque ceux-ci étaient libérés de leurs chaînes, ceux-ci se comportaient bien.

Au milieu du 19ème siècle, s'organise aux Etats-Unis des petits groupes d'anciens buveurs qui se réunissaient pour se soutenir dans leur démarche d'abstinence. Les participants à ces groupes se considéraient "en rétablissement" aussi longtemps qu'ils faisaient des efforts pour maintenir leur abstinence et retrouver un sens positif à leur vie. Ce rétablissement représente une réalité personnelle qui déborde largement le seul domaine de la pathologie médicale. C'est à cette époque aussi que sont embauchés les premiers anciens usagers dans les services d'addictologie. 

En Europe, le premier groupe de soutien par les pairs recensé en santé mentale est la Lunatic Friends' Society crée en Angleterre en 1845. Des groupes de protestation ayant pour but de lutter contre les lois sur l'internement non volontaire sont retrouvés en Allemagne à la fin du 19ème siècle.

Depuis 2005 en France se sont développés des Groupes d'Entraide Mutuelle (GEM) généralistes (accueil de toute personne en souffrance psychique et/ou désocialisée) ou spécialisés (bipolarité, schizophrénie, cérébrolésés..) Les GEM sont des espaces de vie où les personnes se retrouvent pour se rencontrer, parler (groupe de parole) , participer à des activités et la plupart des structures sont autogérés : les personnes rompent l'isolement,  retrouvent ainsi des responsabilités si elles le souhaitent et une place active dans la société. 

sources : 

Jean-Baptise Pussin - Wikipedia

Le Cardinal P, Roelandt JL, Rafael F, Vasseur-Bacle S, François G, Marsili M.  Pratiques orientées vers le rétablissement et pair-aisance : historique, études et perspectives. L'information psychiatrique 2013 ; 89 :365-70 doi : 10.1684/ipe.2013.1070