Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous écrire...

Petites phrases de personnes vivant avec un trouble bipolaire...

"J'ai été l'exaltée, la désinhibée , la hurlante. J'ai été la souffrante , la vidée d'elle-même, la désincarnée. J'ai été la regonflée, la libérée, la combative. J'aurai voulu une vie douce et sereine. Elle s'est imposée à moi fragile et puissante."

M.Alvery, J'ai choisi la vie.

"Foudroyé, cassé, anéanti, j'ai effacé le souvenir du passage de l'état normal à la dépression, mais pas celui de l'horreur atteinte à l'issue de cette lutte perdue. Jamais je n'avais ressenti cela. J'avais bien eu un ou deux passages à vide, mais là, cétait tout autre chose."

JA Génermont, Vivre avec des hauts et des bas.

Les différents troubles bipolaires 

En fonction de la nature et de l'intensité des symptômes , les troubles bipolaires sont subdivisés en deux grands types : 

 

Le trouble bipolaire de type I ( BPI)  : 

 Caractérisé par au moins un épisode maniaque majeur spontané ( ou mixte avec intrication d'excitation et de dépression) et 

des mouvements ou épisodes dépressifs d'intensité variable (le diagnostic peut être posé même en l'absence de trouble dépressif)

Le trouble bipolaire de type II ( BPII) : 

 Cette fois-ci, c'est la dépression ou mélancolie qui prend le dessus, avec au moins un épisode caractérisé d'humeur particulièrement basse. Un ou plusieurs épisodes hypomaniaques  ( épisode modéré d'exaltation de l'humeur de quelques jours ) s'y ajoute, ce qui la différencie entre autre de la dépression récurrente.  

Les troubles bipolaires

Anciennement nommée psychose maniaco-dépressive, les troubles bipolaires sévères touchent environ 3 % de la population française et font partie des troubles de l'humeur. Ces troubles se caractérisent par une alternance d'épisodes d'exaltation (ou manie) et de dépressions, entrecoupés d'intervalles libres, c'est à dire d'un retour à un état d'équilibre. Vivre avec un trouble bipolaire peut donc se traduire comme vivre avec des hauts et des bas de grande envergure , entrecoupés de moments stables où la personne atteinte n'a plus ou presque aucun symptôme. Dompter ses troubles est possible, on parle de processus de rétablissement.